Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG)

1°) La préparation au DCG à l’IFSAT

Si vous êtes titulaire d’un BTS Comptabilité et Gestion ou d’un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations et que vous souhaitez poursuivre vos études pour l’obtention du DCG, sachez que l’IFSAT vous offre la possibilité de suivre cette formation sur 2 ans tout en bénéficiant de la dispense pour certaines épreuves.

L’IFSAT propose donc une préparation aux épreuves non validées sur deux années et le cas échéant de repasser certaines épreuves relativement faciles afin de bénéficier de points supplémentaires pour compenser certaines notes inférieures à 10/20 conformément aux modalités d’examen.

L’autre avantage de la pédagogie proposée par l’IFSAT, est d’assurer cette formation dans le cadre d’un contrat d’apprentissage ou

d’un contrat de professionnalisation

pendant les deux années d’alternance.

Ce régime d’alternance en cabinet comptable ou en entreprise est un atout indéniable car il professionnalise la formation académique suivie et permet de faire valoir sur un CV une véritable expérience professionnelle de deux années.

Pour faciliter cette alternance l’IFSAT prépare et accompagne l’étudiant dans la recherche de son entreprise d’accueil.

2°) La nature du diplôme

Le Diplôme de Comptabilité et des Gestion est :

  • un diplôme national ou diplôme d’Etat (arrêté du 13 février 2019)
  • un diplôme conférant le grade de licence (180 ECTS)
  • une formation professionnelle inscrite au RNCP, Répertoire National des Certifications Professionnelles

Le DCG a subi une réforme en 2019 qui a introduit un certain nombre de modifications

Les nouveaux programmes du DCG sont mieux adapté aux besoins des cabinets et du marché du travail. Ils doivent aussi permettre de mieux différencier les niveaux licence et master et donc le DCG et le DSCG.

Le diplôme a été restructuré le autour de 4 parcours de 3 ou 4 UE chacun » avec « une reconnaissance de blocs de compétences ».

Ces 4 parcours sont :

  • le droit des affaires ;
  • la gestion comptable et financière ;
  • l’analyse économique et managériale ;
  • la communication et l’environnement numérique.

Globalement, il s’agit bien d’adapter le programme de la filière de l’expertise comptable aux nouvelles pratiques des experts-comptables en donnant plus de place à l’anglais, au numérique, à la communication orale, au marketing et de donner plus de place aux aspects opérationnels, à l’utilisation des logiciels de la profession etc…

L’objectif est de donner aux étudiants les connaissances de base qui leur permettront ensuite de s’orienter vers le diplôme d’expertise comptable.

Axe 1 : Droit des affaires (UE 1 à 4)

Les UE de l’axe 1 :

Fondamentaux du droit (UE1) / Droit des sociétés et des groupements d’affaire (UE2) / Droit Social (UE3) /  Droit Fiscal (UE4)

Ces 4 UE ont pour objet de fournir une connaissance juridique du fonctionnement des organisations.  Elles seront évaluées avec des épreuves écrites de 3 heures portant sur l’étude d’une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d’un ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions.

Les compétences spécifiques à l’axe 1 :

  • Identifier et hiérarchiser les sources juridiques
  • Rechercher et analyser une documentation juridique fiable et actualisée
  • Analyser une décision de justice et en dégager la portée
  • Qualifier et analyser un contrat ou un document professionnel
  • Qualifier les faits, articuler un raisonnement juridique et proposer une solution adaptée, dans le cadre d’une situation juridique donnée.

Axe 2 : Gestion comptable et financière (UE 6,9,10 et 11)

Les UE de l’axe 2 :

Finance d’entreprise – 3 heures (UE6) / Comptabilité – 3 heures (UE9) / Comptabilité approfondie – 3 heures (UE10) / Contrôle de gestion – 4 heures (UE11).

Ces 4 UE permettent de disposer d’une démarche et des outils nécessaires pour enregistrer l’information comptable et financière, pour réaliser une analyse de la situation d’une organisation et disposer d’éléments d’aide à la prise de décision. Elles seront évaluées avec une épreuve écrite portant sur l’étude d’une ou de plusieurs situations pratiques.

Les compétences spécifiques à l’axe 2 :

  • Rechercher, calculer et valider une information comptable ou financière
  • Exploiter une documentation (chiffrée ou non)
  • Identifier les outils d’analyse adaptés
  • Exploiter et commenter les résultats obtenus afin de proposer des décisions à court, moyen et long terme
  • Rédiger un argumentaire pour conseiller le décideur.

Axe 3 : Analyse économique et managériale (UE 5 et 7)

Les UE de l’axe 3 :

  • Management – 4 heures (UE7). Épreuve écrite portant sur l’étude d’une ou de plusieurs situations relatives à une ou plusieurs organisations permettant la réalisation d’une analyse managériale et une question problématisée.
  • Économie Contemporaine – 4 heures (UE5). Épreuve écrite portant sur l’analyse d’un dossier documentaire et une question problématisée.

Ces 2 UE permettent d’appréhender l’environnement économique et managérial des organisations afin de comprendre les défis et les problématiques auxquels ces dernières sont confrontées.

Les compétences spécifiques à l’axe 3 :

  • Exploiter des documents de nature variée
  • Développer une culture économique et managériale actualisée, notamment par le biais d’une veille informationnelle
  • Analyser des situations et décisions économiques ou managériales
  • Élaborer une argumentation à partir d’une problématique donnée, en mobilisant le vocabulaire spécifique adapté ainsi que les concepts et les illustrations nécessaires (factuelles ou théoriques).

Axe 4 : Communication et environnement numérique (UE 8, 12, 13 et 14)

Les UE de l’axe 4 :

  • Systèmes d’information de gestion – 4 heures (UE8). Épreuve écrite portant sur l’étude d’une ou de plusieurs situations pratiques et/ou une ou plusieurs questions.
  • Anglais des affaires – 3 heures (UE12). Épreuve écrite à partir de documents fournis en anglais
  • Communication professionnelle – 1 heure max (UE13). Épreuve orale de soutenance d’un rapport de stage d’au moins huit semaines ou d’un rapport portant sur une expérience professionnelle au moins équivalente.
  • Langue vivante étrangère – 3 heures (UE14, facultative).

Ces 4 UE doivent permettre de mieux traiter les informations et les échanges en vue d’une communication professionnelle.

Les compétences spécifiques à l’axe 4 :

  • Produire et communiquer une information fiable et sécurisée
  • Maîtriser les ressources numériques de l’organisation
  • Adapter la communication au contexte
  • Utiliser une documentation ou une application informatique en langue étrangère
  • Produire des méthodes utiles à l’organisation

3°) Le programme et modalités de l’examen

Le DCG équivaut à 180 ECTS (niveau licence) et se compose de 13 épreuves obligatoires et une 14ème facultative (Bulletin officiel n°25 du 20-6-2019) BO.DCG.19

Réforme 2019 

La disparition des coefficients 1,5. Désormais, toutes les épreuves ont le même poids dans la note finale du diplôme.

Toutes les épreuves obtenues au DCG permettent d’obtenir 14 crédits européens à l’exception de la communication professionnelle qui reste à 12 crédits européens et de l’épreuve facultative de langue (aucun crédit)

Plusieurs épreuves changent d’intitulés et la nature de l’épreuve est redéfinie ; Les 4 épreuves de DCG concernées sont l’économie, le management, les systèmes d’information de gestion et le contrôle de gestion.

Le DCG est délivré aux candidats qui ont obtenu une moyenne générale pondérée au moins égale à 10 sur 20 à l’ensemble des épreuves constitutives du diplôme, sans note inférieure à 6 sur 20.

Les candidats qui n’ont pas rempli les conditions pour obtenir le diplôme conservent de façon définitive la note obtenue à chacune des épreuves pour lesquelles ils ont eu au moins 10 sur 20 .
Ils peuvent conserver la note obtenue aux épreuves, note au moins égale à 6 sur 20 et inférieure à 10 sur 20, pour compensation ultérieure. La réinscription aux épreuves concernées à une session d’examen ultérieure annulera automatiquement cette note.

Pour une session donnée, la moyenne générale est calculée en fonction des notes maintenues et de celles nouvellement acquises.

Les épreuves qui font l’objet d’une dispense ne sont pas prises en compte pour le calcul de la moyenne générale. Pour cette raison, il peut être intéressant de passer une « épreuve dispensée » dans laquelle il est aisé d’obtenir une note supérieure à 10 lorsqu’on est déjà titulaire d’un BTS ou d’un DUT.

En ce qui concerne l’épreuve facultative de langue vivante étrangère, seuls les points obtenus au-dessus de 10 sur 20 s’ajoutent au total des points servant au calcul de la moyenne générale, sous réserve d’avoir passé au moins quatre épreuves lors d’une ou plusieurs sessions.

Les notes de DCG obtenues jusqu’à la session de juin 2019 restent valables jusqu’en 2027.

Les qualités nécessaires à la réussite au diplôme supposent :

  • de la régularité dans le travail,
  • de la rigueur dans l’analyse,
  • de l’organisation personnelle,
  • un profil équilibré dans les différentes matières
  • et une bonne capacité rédactionnelle car toutes les épreuves du DCG sont écrites.

L’inscription aux épreuves du DCG s’effectue sur Internet à l’adresse suivante : http://www.siec.education.fr

Comme l’inscription à un examen est un acte personnel, il est donc impératif que les candidats procèdent eux-mêmes aux formalités d’inscription. A l’issue du jury national du DCG, les services gestionnaires notifieront leurs résultats aux candidats par écrit uniquement. Aucun résultat ne sera communiqué par téléphone.

4°) Le coût de la formation

La formation s’effectuant en alternance par le biais d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation, les cours dispensés par l’IFSAT sont gratuits pour celui ou celle qui devient apprenti.e ou salarié.e.

Par ailleurs l’IFSAT ne demande aucun droit d’inscription pour cette formation en alternance.

Après avoir obtenu la prise en charge du contrat, l’IFSAT facture à l’OPCO (Opérateur de Compétence) auquel l’entreprise est adhérente, les heures de formation.

 

5°) Les débouchés professionnels et poursuites d’études

Le DCG atteste d’un niveau de compétences permettant d’assurer le suivi de l’activité comptable, l’établissement des états analytiques de gestion, mais également d’intervenir sur l’analyse financière, la gestion de la trésorerie, la détermination des coûts, la gestion du juridique (fiscal social et affaires).

Les diplômés de DCG sont sensés devenir de futurs cadres dotés de capacités d’analyse et de synthèse et doivent faire preuve de compétences dépassant la simple utilisation des techniques de gestion pour s’orienter vers l’encadrement.

Le titulaire du DCG peut, selon la taille des entreprises, cabinets ou administrations, accéder au statut de collaborateur dans les cabinets d’expertise-comptable, au poste d’encadrement et de responsable d’un service comptable, d’analyste financier, de gestionnaire de trésorerie, de contrôleur de gestion…

Les diplômés peuvent continuer dans la filière en DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), étape vers le DEC (diplôme d’expertise comptable).

Ils peuvent également poursuivre en master à l’université notamment en Master Comptabilité, Contrôle, Audit (CCA) ou en Ecole de Management.